Recette de Melokia ou molokheya

Un plat excellent et peu connu en France.

Son aspect est malheureusement peu ragoûtant mais c'est vraiment très bon, avec le goût végétal surprenant de la melokia qui évoque le gazon coupé et les épinards !

La melokia donne une consistance épaisse à l'ensemble.

Les gombos sont également appelés melokias en certains endroits car ils donnent la même consistance gluante à la sauce que la poudre de corète.



Il existe de multiples variantes de ce plat, dans lequel on peut mettre à peu près ce que l'on veut comme viande.



On peut y remplacer le carvi par du cumin, et ajouter des clous de girofle.



Dans cette version c'est une recette originaire de la tradition juive tunisienne. Ce plat peut mijoter pendant toute la nuit pour être prêt et chaud le jour de shabbat, sans qu'il soit besoin d'allumer du feu, ce qui est proscrit en ce jour chez les Juifs.

Ingrédients pour Melokia ou molokheya

800g de boeuf à bourguignon découpés en 8 morceaux environ

2 oignons

5 C.A.S de melokhia (poudre de corète, on en trouve dans les épiceries arabes)

1 tête d'ail

1 C.A.S. de coriandre moulue

1 C.A.S. de carvi

1 C.A.C. de harissa de bonne qualité (ou un peu plus)

sel

10cl d'huile d'olive

1l d'eau bouillante

Ustensiles : cocotte en fonte

Préparation : Melokia ou molokheya

Faites chauffer 1l d’eau dans une casserole.
Prenez une cocotte en fonte pour la melokia
Hachez les oignons, faites-les revenir à feu doux dans l’huile d’olive jusqu’à ce qu’ils ramollissent.
Otez les oignons.

Dans la même huile faites revenir la viande jusqu’à ce que les morceaux soient dorés sur toutes les faces.
Otez la viande.

Mettez le feu au minimum

Ajoutez alors la melokia et brassez avec une cuiller en bois jusqu’à ce qu’elle soit intimement mélangée à l’huile.

Remontez un peu le feu et ajoutez alors l’eau bouillante en continuant à tourner, jusqu’à ce que l’ensemble prenne une consistance épaisse.

Si jamais vous avez des grumeaux, passez un coup de mixer-plongeur dans la sauce, jusqu’à ce que le problème soit réglé.

Ajoutez alors la viande et les oignons réservés.

Ajoutez sel, harissa, coriandre.

Dégermez et pressez les gousses d’ail. Ajoutez-les dans la cocotte.

Faites cuire 3h 30.

15mn avant la fin ajoutez le carvi (pour ne pas perdre l’arôme).

Goûtez et rectifiez l’assaisonnement.

Servez très chaud.

Servez dans des assiettes creuses avec du pain, avec lequel on sauce ce plat sans fin ! Pour ma part j’ai ajouté du riz blanc, c’est très bon aussi.

Pays : ,

Genre :

Voir aussi ces autres recettes :

Melokia ou molokheya

12 commentaires pour “Melokia ou molokheya”

  1. Ah!!! Enfin!!!
    Je tente ça dès que je tiens mon lapin et vous en donne des nouvelles !
    Bises, Claire

  2. Bonjour,
    deux petits détails: une tomate pelée et à la fin ,si le plat vous semble trop liquide, n’ayez pas peur d’ajouter une cuillerée de purée mousseline.
    Les maltais la cuisent avec un long zeste d’orange.
    Amitiés

  3. merci René pour ces détails que je ne connaissais pas !

  4. C’est aussi un plat Egyptien que j’ai mange pour la 1ere fois quand j’etais au Liban, mes amis la faisait au poulet sans harissa. J’habite maintenant Miami et je la trouve frozen dans les epiceries Arabes Moyen Orient. Elle vient du Canada. Bonne journee. Liliane

  5. Meri Liliane pour ces précisions !

  6. Bonjour Christophe,

    Comme tu l’écris dans ta dernière lettre d’informations : «la melokia : on aime ou on aime pas ».

    Ce plat m’a été offert en Tunisie il y a une trentaine d’année et j’en garde encore un souvenir amer. Comme tu le dis si bien dans la présentation de cette recette « le goût végétal surprenant de la melokia qui évoque le gazon coupé et les épinards ! ». C’est étonnant le goût que l’on a en bouche pour certains éléments, alors que l’on n’en a jamais mangé !!! Tu as déjà mangé du gazon, toi ?!!!

    En étant presque sur la même longueur d’ondes, pour moi ce plat avait un goût de foin. Et moi aussi, je n’ai jamais mangé de foin mais va savoir pourquoi l’on fait des associations « goût-odeur ».

    Attention, je ne critique pas ce plat… Je donne juste mon ressenti et j’apprécie que tu donnes cette recette qui réveille des souvenirs à tes lecteurs qui nous les évoquent.

    C’est sympa ce partage de recette et de commentaires.

    Kahena31

  7. @Kahena31, non je n’ai jamais mangé de gazon à l’assiette, mais ça m’arrive de machouiller un brin d’herbe l’été à la campagne ! Mais effectivement c’est une association spontanée entre l’odeur du gazon coupé après le passage de la tondeuse avec le goût de la melokhia. Ce n’est pas exactement ce goût bien sûr, mais c’est ce qui s’en approche le plus dans ce que je connais !
    Au plaisir.

  8. Salut !
    Déjà, merci de partager la recette !
    J’ai une question !
    Dites, pendant la cuisson finale de 3h30, faut il couvrir ou non la cocotte ?
    Merci !

  9. on peut découvrir sur la fin pour que ça épaississe.

  10. Une autre question !
    Pour le carvi, c’est en grains ou poudre ?
    Je vous remercie !

  11. @Marcos, généralement on ne trouve le carvi qu’en graines, c’est ce que je mets !

  12. bonjour je vous souhaite une bonne Pâques
    et je voulais vous dire que je connais cette recette depuis mon enfance à TUNIS ma maman nous la faisait et quand nous sommes venus en FRANCE en 1961 nous avons trouvé cette poudre dans les magasins orientaux effectivement ressemble à des épinards ache une odeur de foin mais pas dans le gout la cuire pratiquement toute la journée avec les épices oriental la viande de boeuf ou de l’agneau même mon mari qui est LORRAIN l’adore et surtout laisser reposé c ‘est encore meilleur comme pour
    certains plats qui sont meilleur re chauffer bonne journée à tous

Laissez un commentaire: